LE PIGEON COMMUNAL

Repas vegan

Un Resto populaire vegan a lieu tous les premiers mercredis du mois ! Il commence vers 19h et se finit à maximum minuit.

A d’autres occasions, nous proposons également des auberges espagnoles vegan. Pourquoi vegan ? Parce que nous voulons rester cohérent.e.s. Si nous vous proposons des restos populaires vegan ce n’est pas pour rien, et nous aimerions que vous aussi, lorsque vous amenez de la nourriture au squat dans le but de la partager, qu’elle soit vegan.

Pourquoi un resto populaire vegan, ou plutôt pourquoi boycotter les produits issus de l’exploitation animale ?

Parce que nous luttons contre toutes les formes de domination (autant que nos forces nous le permettent) et que le spécisme est la forme de discrimination la plus répandue sur cette planète (60 milliards d’animaux terrestres et 1000 milliards d’animaux aquatiques tués chaque année pour la nourriture).

Cependant, à l’inverse de toutes les autres formes de discriminations (comme le racisme, le sexisme,...) le spécisme ne s’exerce pas à l’encontre des êtres humain.e.s mais à l’encontre d’autres espèces animales, ce qui explique souvent notre ignorance et notre désintérêt à ce sujet.

Et pourtant, quotidiennement et partout dans le monde, nous traitons en esclaves les animaux. Nous pouvons décider de chaque seconde de leurs vies, pour certains de la conception par insémination artificielle jusqu’à l’abattoir, nous pouvons les priver de liberté, nous pouvons les commercialiser, nous pouvons les torturer dans les arènes, les labos, les fermes, etc...

Nous nous donnons donc le droit de vie et de mort sur eux parce que ce ne sont « que des animaux » ! En réalité, ce sont des milliards et des milliards d’êtres sensibles (comme nous) que nous torturons physiquement et psychologiquement - depuis l’origine de l’élevage - que ce soit pour nous nourrir, nous vêtir, nos loisirs, notre santé, etc...

Et tout le paradoxe est dans la manière de se représenter et de traiter les différentes espèces animales, comme si l’une était plus sensible que l’autre ou que l’une était comestible et pas l’autre (c’est la différence entre un chien et une vache, par exemple), comme si certaines espèces avaient plus de droit à une vie sans souffrance que d’autres.

De plus, cette manière de traiter les animaux est presque toujours accompagnée par des attaques et une destruction permanente des écosystèmes et de la planète. La consommation de produits d’origine animale (et tout le complexe industrielle qui va avec) est un des soucis majeurs pour l’environnement. Malgré cela, même si un bœuf mange de la farine bio dans un pré bio avec de la pluie bio, son élevage restera exagérément énergivore comparé à une culture de légumes directement consommables et il n’en demeure pas moins domestiqué et asservis à notre pouvoir de décision sur sa vie.

Pour toutes ces raisons, dans nos repas, nous n’utilisons aucuns produits issus de l’esclavage des animaux (viande, lait, fromage, œufs, miel, etc.) et nous essayons en même temps de montrer qu’il est possible de bien se nourrir sans souffrance animale.

Proposer un repas vegan dans un squat, c’est aussi une manière de ne pas exclure les personnes qui luttent contre cette discrimination !

Bon appétit !

Version imprimable pdf (4 par page A4) :

PDF - 3.6 Mo

Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 21729

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Activités régulières   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.12 + AHUNTSIC

Creative Commons License